Pourquoi faut-il ?

Le petit coq brahma bleu est parti.

Une dame l’a emporté dans un carton.

Ses deux frères et sa soeur sont restés un peu drôles.

Je ne les connais pas bien, ces jeunes. Ce n’est pas que je ne veux pas les connaître. C’est qu’on ne se mélange pas trop avec eux. On attend qu’ils grandissent et qu’ils viennent doucement vers nous.IMG_0337

Mais je les regarde de loin, parfois. Ils sont tous les quatre ensemble. Ils dorment ensemble dans le petit poulailler, ils mangent ensemble, ils se reposent ensemble. Ils jouent à la bagarre ensemble et ils lissent leurs plumes ensemble. Ils ont l’air heureux ensemble.

Et là, l’un d’entre eux est parti… Et il y a un vide parmi eux. Une absence. Et ils sont mal à l’aise.

Alors j’ai demandé à Françoise :

« Pourquoi ? Pourquoi faut-il qu’on soit séparés alors qu’on s’aime et qu’on est heureux ensemble ? »

Françoise baisse le nez et ne répond pas.

Lolicotte

Lolicotte est morte.

C’était une belle journée et il n’y en a pas tant, ces jours-ci. Le ciel s’était ouvert et le soleil descendait à flots. Mais ce jour-là, quand le ciel s’est ouvert, il n’y a pas que le soleil qui est passé. Un épervier de malheur s’est engouffré dans le passage et s’est abattu sur Lolicotte. Qu’a-t-elle pensé à ce moment ? A-t-elle eu peur ? Aucune de nous ne peut le dire… Elle était morte en un rien de temps. Nous avons toutes fui à couvert de toutes nos pattes, terrorisées.  Et même quand Françoise est arrivée, nous ne sommes pas sorties de nos cachettes. Il nous a fallu beaucoup de temps pour avoir le courage de ressortir notre bec de sous nos abris.

IMG_0032

Lolicotte, c’était la plus douce d’entre nous. Je ne l’ai jamais vue donner un coup de bec à quiconque.  Elle suivait son petit bonhomme de chemin sans trop se préoccuper de  ce que les autres poules en pensaient. Elle avait décidé, avec sa meilleure amie, Manicotte, que rien ne valait dormir à la belle étoile. Et elles ont passé toutes les nuits d’été dans le grand chêne, au-dessus du poulailler.

A l’automne, quand Manicotte a commencé à couver, Lolicotte a continué à dormir sur sa branche. Mais là, ça ne plaisait plus trop à Françoise. Parce que le froid venait et avec lui, le vent, la pluie. Alors Françoise a attrapé Lolicotte avant la nuit pour la mettre dans le petit poulailler des jeunes. Et comme il était un peu tôt, elle gardait Lolicotte à la maison en attendant la nuit.

IMG_0060

Lolicotte a compris la manoeuvre à sa façon : quand l’après-midi tirait à sa fin, elle allait se poster devant la baie vitrée, attendait que Françoise lui ouvre la porte, entrait et sautait sur le bras du canapé en attendant l’heure, l’heure où Françoise l’emmènerait au petit poulailler. Et elle restait là à caqueter. Françoise m’a dit qu’elle lui racontait toutes sortes de choses, sur la vie des poules, le vent de la nuit dans le plumage, l’aube qui paraît dans le lointain… Un beau moment entre elles deux, un rituel heureux qui tisse des liens…

Je sais ce que Françoise va faire. Ce sera comme pour Bécotte et Ricotte, pour le petit faisan aveugle et les deux poulettes emportées par le renard. Françoise va planter un grand rosier pour que nous n’oubliions jamais Lolicotte.

Leander_1_1

Le jour où l’épervier a tué Lolicotte, il faisait beau soleil. Et pourtant l’eau coulait sur le visage de Françoise.

 

 

Ce  texte participe au festival de La Cavalcade des Blogs, dont l’édition en cours (hébergée par Aurélie du blog A dada mon dadou) invite à raconter une histoire  fabuleuse d’animaux.

La princesse aux oeufs verts

Kalicotte, c’est la chouchou.

Françoise a beau dire, Kalicotte, c’est sa chouchou. C’est la seule qui a le droit, avec la faisane, de dormir à la maison toute l’année.

C’est vrai qu’elle est mignonne, Kalicotte. Elle est toujours en mouvement, d’un pas vif et décidé. Sa petite huppe se balance sur sa tête avec beaucoup de grâce et lui donne de l’allure. Sa jolie crête toute plissée se balance à chacun de ses mouvements.

IMG_0236

Elle ne se mêle pas volontiers à nous. Mais c’est que nous ne lui faisons pas toutes bon accueil. Alors elle préfère rester un peu seule ou va se joindre au groupe des jeunes, selon son humeur.

Kalicotte, c’est la seule à qui Françoise fait des câlins de barbillons. On l’envie toutes un peu pour ça. Mais peut-être que si on lui demandait… à Françoise…

Kalicotte est née à la maison, il y a un an, autour de Noël. Elle y a grandi et considère que c’est chez elle, que les poulaillers ne la concernent pas. On la trouve un peu snob…

Et puis, elle pond des oeufs verts !… Des oeufs… VERTS !!! A-t-on idée ? Qui pond des oeufs verts ? A part Kalicotte, nous ne connaissons aucune autre poule qui ponde des oeufs verts. Moi, cela me surprend mais pourquoi pas. Il y en a dans le poulailler que ça énerve. Elles trouvent que Kalicotte est une frimeuse.

Elle est entre deux mondes, Kalicotte. Un peu avec Françoise, un peu avec nous. Ca ne doit pas être si facile pour elle, de quitter la maison qui semble chaude, sèche, lumineuse, pour venir nous retrouver dans le froid et l’humidité, avec nos histoires de poules…

Être la chouchou, c’est être en équilibre au-dessus de deux mondes mais ne pas savoir toujours dans lequel on vit…

IMG_0237