Le Club

L’autre jour, Françoise est entrée en coup de vent dans le poulailler.

« Ca suffit ! elle a dit. Lolicotte tuée par un autour de malheur, les deux poulettes et le petit coq blanc emportés par le renard… Ca ne peut plus durer ! Il faut faire quelque chose : on va monter un club d’autodéfense ! »

Nous avons toutes caqueté notre accord. Oui ! Oui ! C’était ce qu’il nous fallait : un club d’autodéfense ! Quand le silence est un peu revenu, Quocotte s’est risquée : « C’est quoi, un club d’autodéfense ? »

Nouveau caquetage :  » Oui ! Oui ! C’est quoi, un club d’autodéfense ?

– C’est un atelier-poulailler où vous allez apprendre à vous défendre, à combattre celui qui vous attaque pour le faire fuir et qu’il n’ait pas envie de revenir de sitôt ! »

Oui ! Oui ! Nous avions envie de ça, apprendre à nous défendre et filer une bonne raclée au renard !

« Mais comment fait-on ? a dit Quocotte.

– Mettez-vous en rang, les unes à côté des autres. »

Et alors, on a commencé les entraînements. Tous les jours pendant une heure, on faisait des exercices. On apprenait à rouler par terre, à sauter les serres en avant,  à darder le bec vers les yeux au-dessus du museau d’un renard de paille, à montrer les dents (oui, je sais), à  jeter les ailes en avant alternativement… Et un, et deux, et trois, et quatre !

Ah ! On en a soulevé, de la poussière !

Mais quand la petite faisane est allée couver dans la haie et que le renard l’a emportée dans la nuit, nous étions toutes en train de dormir… Nous n’avons pas eu une chance de la sauver…

Mais qu’il vienne, face à nous, dans la lumière du jour, il verra, Goupil ! Il n’a qu’à bien se tenir !

Et un, et deux, et trois, et quatre !!!

Le Club d'autodéfense
Dessiné par Géraldine